logo_tuturiel

Épisode 111 - Poursuite des travaux de patine sur le parc marchandise.

Pour ce nouvel exercice, je passe à l'atelier peinture deux wagons tombereaux Roco issus du coffret 67127 reçu début décembre (épisode 79). Il s'agit d'un tombereau type Omu et d'un tombereau type Ommu44 immatriculés à la DR. Ce sont des matériels de choix pour le modéliste puisque ces wagons permettent de prévoir d'innombrales chargements : Du vrac notamment (charbon, sables et graviers, bois, ferrailles, betteraves, pommes de terre,...). Même avec seulement quelques unités, il est donc possible de varier les convois.

letraindemanu__529b__patine_wagons_tombereaux_ho_Roco

Photo 529 : Les deux wagons tombereau Ho Roco avant patine. Source : letraindemanu sur Canalblog

Pour mémoire, je travaille aux pinceaux, avec des peintures acryliques Pébéo et des terres à décor.

Première étape : chargements des tombereaux

La première étape consiste à réaliser les chargements puisque ceux-ci nécessitent de manipuler les wagons. Il est donc préférable de les fabriquer avant patine.

L'intérieur des tombereaux mesure 90 x 29 mm. Il faut donc découper des plaques de Carton-Plume™, épaisseur 3 ou 5 mm, à ces dimensions. Autant de plaques que de chargements futurs. Pour ma part, je prévois des chargements de sable, de graviers et de bois. 

letraindemanu__530__patine_wagons_tombereaux_ho_Roco

Photo 530 : Les deux wagons tombereau Ho Roco avant patine. Préparation du chargement de sable. Source : letraindemanu sur Canalblog

La découpe des plaques se termine par un ponçage des tranches, les tranches frottées sur un papier de verre grain fin posé à plat sur le plan de travail, puis à 45°, ce biseautage facilitant les insertions futures.: il faut que chaque plaque puisse s'insérer et se retirer facilement. A noter que les deux tombereaux ont ici les mêmes dimensions intérieures. Il faut donc prévoir toutes les cargaisons en double.

Chargements de sable et de graviers

La technique ayant déjà été décrite à l'occasion de la patine de mon premier wagon (Épisode 63), je vous invite à vous y reporter. L'intérieur de la caisse est d'abord protégé par un film alimentaire fin. Deux cales sont ensuite collées sous la plaque pour la rehausser, puis la plaque est insérée dans le wagon. Le sable fin (voir épisode 13) est déposé à sec avec un petit entonnoir de cuisine en reproduisant les deux proéminences consécutives au chargement. Le tout est ensuite mouillé au brumisateur. La fixation est assurée par l'imprégnation de colle vinylique diluée à 50% d'eau et déposée à la seringue en goutte à goutte. C'est la même technique que pour la pose du ballast.

letraindemanu__531__patine_wagons_tombereaux_ho_roco

Photo 531 : Les deux wagons tombereau Ho Roco avant patine. Fabrication du chargement de sable naturel. Source : letraindemanu sur Canalblog

Après une journée complète de séchage dans le wagon, le chargement est délicatement retiré en s'aidant du film alimentaire qui est ensuite ôté. En principe, le chargement est prêt. Il est recouvert d'un voile de vernis mat. Si besoin, un léger ponçage du pourtour suffit pour que le chargement s'insère aisément. Au dos de la plaque, j'inscris la référence du wagon auquel elle est destinée. J'envisage d'ailleurs la fabrication d'un présentoir pour ranger proprement les chargements. 

Les chargements de graviers sont confectionnés selon le même principe.

■ Les chargements de bois

Ayant déjà réalisé un chargement de grumes sur un plat à ranchers (Épisode 92),  je prévois :

- un chargement de troncs (transport horizontal) pour le premier tombereau

- Et un chargement de bois débité (transport vertical) pour le second afin de varier les cargaisons.

Pour mémoire, je travaille avec des branchages naturels récupérés lors des promenades avec mon chien. Je privilégie les branches relativement droites. Le bois est ensuite stérilisé au four (3h, thermostat max). Toutes les découpes sont réalisées au disque à tronçonner monté sur la Dremel. C'est un travail qui engendre de la fine sciure que je récupère en fin de séance dans un petit pot : cela me fera de la "terre" à décor naturelle. 

Les plaques de Carton-Plume™ sont peintes en noir. Celle destinée aux troncs est dotée de deux cales à sa base pour la surélever, puisqu'il n'y aura qu'une seule rangée de troncs. Celle destinée aux bois débités n'en est pas munie pour être plus profonde et stabiliser ainsi le chargement vertical. Les plaques sont ensuite mises en place, l' intérieur de caisse étant protégé par du film alimentaire.

Pour le tombereau de troncs, je choisi quatre branches droites, d'un longueur de 90mm et d'un diamètre suffisant pour occuper tout le volume disponible en offrant le moins possible d'interstices. Ils sont collés sur un lit de colle vinylique pure. 

Pour le bois débité, je sectionne des morceaux de 13mm en sélectionnant des branchages de diamètres homogènes. Il faut environ 75 débits pour remplir le tombereau. Les morceaux de bois sont mis en place verticalement, collés sur un lit de colle vinylique pure. Une solution de colle vinylique diluée à 50% d'eau est ensuite déposée en goutte à goutte à la seringue entre chaque morceau. Je laisse sécher 24h.

letraindemanu__532b__patine_wagons_tombereaux_ho_roco

Photo 532 : Les deux wagons tombereau Ho Roco avant patine. Fabrication du chargement de bois débité. Source : letraindemanu sur Canalblog

Les chutes et surplus sont conservés pour un usage ultérieur puisque j'envisage une scierie sur la future ZI Est. 

Seconde étape : patine des wagons

Préparation d'un lavis d' "Ombre naturelle" : une noisette largement diluée à l'alcool à 70°. Ce diluant s'évapore plus vite que l'eau, ce qui diminue considérablement le temps d'attente entre deux passes. Prévoir une quantité suffisante pour travailler sur plusieurs jours, conservée dans un pot de sauce soja recyclée d'un traiteur asiatique, avec son couvercle.

Une première passe est appliquée sur les renforts de caisse, les poignées, les charnières, les grilles porte-documents, sur le châssis, l'intérieur des parois et le plancher. 

Les roues Roco sont moins discrètes que les roues Marklin et nécessitent d'être traitées. Les essieux maintenus avec une pince plate, ce même lavis est apposé sur les roues, flasques visibles et intérieurs, à l'exception de la bande de roulement.

Après séchage, une seconde passe est pratiquée. On laisse secher la nuit pour voir le rendu. En effet, la peinture fonce au séchage.

letraindemanu__533b__patine_wagons_tombereaux_ho_roco

Photo 533 : Les deux wagons tombereau Ho Roco en cours de patine. Source : letraindemanu sur Canalblog

La troisième passe est appliquée sur l'ensemble de la caisse et du châssis. Le plancher, visible à vide, est traité comme le plateau du plat à ranchers (voir épisode 92).

Les terres à décor sont appliquées comme sur le wagon pour le transport de chaux (voir épisode 110), puis j'applique un voile de vernis mat en bombe. Une petite goutte d'huile est déposée dans logements d'essieux avant leur remontage.

letraindemanu__534b__patine_wagon_tombereau_ho_roco

letraindemanu__535b__patine_wagon_tombereau_ho_roco

letraindemanu__536b__patine_wagons_tombereaux_ho_roco

letraindemanu__537b__patine_wagons_tombereaux_ho_roco

Photos 534 à 537 : Les deux wagons tombereau Ho Roco après patine avec leur chargement de bois. Source : letraindemanu sur Canalblog
Je dispose maintenant de deux jolis tombereaux supplementaires. Chargés de bois, ils s'harmonisent bien avec mon plat à ranchers de la même rame.

Emmanuel

letraindemanu_logo_top_article_2017