Épisode 45 - Après mon escapade nocturne, retour au modélisme avec la façade d'usine en construction. Aujourd'hui, gravure des briques et premières peintures.

A cette étape je grave les briques. C'est un travail un peu fastidieux qui tue les yeux. Il est nécessaire d'être confortablement installé avec une bonne lumière. Il faut également savoir faire des pauses régulièrement.

La gravure

La pièce est immobilisée par de petites cales extraites de chutes et vissées au plan de travail. Je trace d'abord les lignes horizontales : une ligne tous les 2 mm. Je grave avec une pointe métallique. Il faut avoir la main légère pour que la gravure ne soit pas disproportionnée par rapport aux briques. C'est rock n'roll, mais avec de la minutie, on y arrive. On vérifie à chaque ligne son horizontalité.

Lorsque les gravures horizontales sont tracées, j'attaque les gravures verticales. Pour cela, je m'aide d'une équerre calée délicatement sur le profilé du bas. Je trace un trait tous les 2 mm, une ligne sur deux. Je travaille du toit vers le trottoir. Je progresse de 2 mm en gravant les lignes intermédiaires et ainsi de suite. C'est la partie la plus compliquée car il ne faut pas qu'une gravure déborde sous la ligne du dessous.

Après plusieurs heures de travail, j'obtiens un mur, certes pas parfait, mais malgré tout agréable à l'œil. Pour une première, ce n'est pas la catastrophe que je craignais (Photos 221 et 222 ci-dessous).

letraindemanu (221) facade d'usine gravure

letraindemanu (222) facade d'usine gravure

Je termine cette phase avec un léger coup de papier de verre, très fin. Cela évacue les micros débris et adoucit les angles. Là encore, il faut avoir la main légère. La surface est enfin nettoyée avec un pinceau à maquillage dédié.

La peinture

Je n'ai pas le droit à l'erreur. Toute erreur peut sérieusement enlaidir définitivement la maquette. Donc, je ne me lance qu'après plusieurs essais sur des chutes de Carton-plume© gravées afin d'appréhender la méthode.

J'écarte immédiatement la peinture Humbrol sur ce matériaux fragile et lui préfère les terres à décor travaillées à l'alcool à 70°. 

Dans un petit ramequin de cuisine, blanc de préférence contrairement à moi, je mélange 5cc d'alcool à 70° avec une petite dose de terre à décor prise sur le bout de la lame de mon cutter. La terre à décor étant un pigment, le dosage doit etre parcimonieux. Je mélange bien avec mon pinceau n°2. On obtient donc un liquide coloré qui doit être parfaitement homogène. Il faudra mélanger systématiquement à chaque rechargement du pinceau, sinon les pigments retombent (Photo 223 ci-dessous). A défaut, la teinte du liquide va se densifier progressivement.

letraindemanu (223) peinture facade usine ho

Je travaille par le principe de la capillarité : la peinture n'est pas étalée au pinceau. Entrainez-vous d'abord sur une chute de Carton-plume© gravée. Avec le pinceau, je pose délicatement une goutte de mon liquide. Un appui trop prononcé fera une tâche disgracieuse. La peinture s'étale seule par gravité, s'écoule par les sillons gravés et le polystyrène s'imbibe. On débute toujours par une teinte claire, quitte à foncer avec une seconde couche. Enfin, il faut bien attendre un séchage complet avant d'attaquer la couche suivante. En séchant la teinte varie considérablement comme on le voit sur les photos suivantes. 

Je commence donc par les pierres de soubassement. Je leur choisis une teinte "Mexico clair". Pour cette première couche je procède façade à plat sur le plan de travail. La surface à peindre se situe éxactement sous le profilé horizontal du bas qu'il faut veiller à ne pas tâcher. Mais la fluidité permet d'éponger rapidement avec du papier absorbant en cas d'accident. Il ne faut pas oublier de traiter les tranches du carton-plume©.  Après avoir testé le mélange sur une chute, je me lance (Photo 224 ci-dessous)

letraindemanu (224) peinture facade usine ho

La couleur va s'éclaircir pendant le séchage. 

Je vais maintenant opérer sur les briques situées entre les deux profilés horizontaux. Ramequin et pinceau sont nettoyés à l'eau chaude avec un peu de liquide vaisselle et rincés.

Rien de mieux qu'une terre à décor "Rouge brique" pour cette surface. Le mélange se fait d'une façon identique qu'à l'étape précédente. On peut multiplier par deux les quantités, la surface à traiter étant plus grande. 

letraindemanu (226) facade d'usine gravureLà encore, la teinte va s'éclaircir. Sur la photo 225 ci-dessus, on note déjà l'éclaircissement du soubassement. Sur les photos 226 et 227 ci-dessous, la maquette mise en situation permet de s'approprier les volumes.

letraindemanu (228) facade d'usine gravure

letraindemanu (227) facade d'usine gravureLes portes et fenetres, vertes d'origine, sont peintes en "marron kakao" à la bombe pour ne pas trop ressembler à celles de l'usine voisine dont elles sont issues.

letraindemanu (229) facade d'usine gravure

La photo 228 ci-dessus présente la façade dotée de ses portes, fenêtres et montants verticaux. Rien est encore collé.

A suivre...

Emmanuel

vd_blog_newsletter

Abonnement Newsletter Compagnie industrielle et commerciale (Compagnie ferroviaire fictive) - Loisirs - Compagnie industrielle et commerciale (Compagnie ferroviaire fictive) - CanalBlog

Abonnez-vous à la newsletter Compagnie industrielle et commerciale (Compagnie ferroviaire fictive) pour ne manquer aucun message publiés sur le blog

http://www.canalblog.com